Gestion holistique des Territoires
OUTILS DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE
Stratégie et plan d'action
DEFINIR LE PROJET
Accompagnement des organisations pour la transition écologique des territoires

Etape 1 - Approche stratégique

Choix stratégiques pour une transition écologique des territoires

  • Analyser le paysage social, environnemental et économique.

  • Identifier les ressources et les moyens  humains, financiers et matériels.

  • Etablir une stratégie globale en écologie du territoire.

( Intégrer les enjeux de la sécurité alimentaire et énergétique, de la gestion des déchets et du recyclage)

Etape 2 - Approche opérationnelle

Plan d'action pour appliquer la stratégie globale

  • Fixer les objectifs pour chaque projet.

  • Former les parties prenantes et les  acteurs de l'éducation.

  • Mettre en œuvre une économie circulaire.

  • Modéliser des outils de suivi et d'évaluation.

      (Prévoir des points de contrôle et d'ajustement)

- Etape 1 : "STRATEGIE"
La lecture du paysage
 
Extraire les éléments structurels
INTERCONNEXION des différents secteurs
Gestion Holistique des territoires.png
Carte holistique de gestion des territoires
Etape 2 - OPERATIONNELLE 
Exemple plan d'action
Quartier des "Tarterets" Corbeil-Essonne (91)

La gestion holistique des territoires,

un outil de pacification au service des hommes et de l’environnement

Apporter une réponse pertinente aux enjeux environnementaux et sociaux du 21ème siècle, mettre en place des outils de transitions écologiques, c’est tout d’abord recréer du lien social autour d’un projet commun. Ce projet commence par la création collective d’un jardin selon les principes de la permaculture …

La méthodologie de la feuille de route commence par un cycle de formation multi-niveau (du citoyen aux élus en passant par le personnel communal) suivi de chantiers participatifs citoyens intergénérationnel et inter-confession.

En amont de la réalisation, les acteurs qui participent au projet sont formés. Véritable relais citoyen, ils animent et déploient en co-création les actions de gestion holistique des territoires. Ces actions couvrent de nombreux angles d’approches superposables dépendants ou indépendants les uns des autres :

  •  La formation tous publics à l’éducation à l’écologie, au développement durable, aux outils de transition écologique ainsi

        qu’à la  gestion holistique des projets.

  •  La mise en place d'espaces de production en chantiers participatifs citoyens pour mettre en place rapidement et 

        fédérer le grand public.

  •  Soutenir les communes et contribuer à la sécurité alimentaire des territoires  via la création et la gestion d'espaces 

        pilotes de formation, de production alimentaire et de production de semences.

  •  L'aménagement de jardins d’insertion et de production alimentaire  pour alimenter des projets d’insertion à travers  les

        productions alimentaires des jardins (transformation, plats cuisinée etc...).

  •  La formation et l'accompagnement des associations, du personnel communal et des personnes en conversion et du  

        professionnel en transition  bio, à implanter sur tous les territoires possibles.

  •  La création de relais associatifs et collaboratifs  pour continuer  et viabiliser les projets mis en place, reproduire les   expériences concluantes.

  •  L'accompagnement des particuliers, ayant un bout de jardin ou un balcon, vers une autonomie alimentaire en fonction      de son terrain et de son emploi du temps.

  •  Soutenir les communes et contribuer aux jardins citoyens (partagés, associatifs).

  •  La production alimentaire dans les écoles et la sensibilisation des jeunes publics pour la labellisation E3D des

        établissements scolaires – création d’un jardin permacole et éducatif.

  •  La mise en place d’une feuille de route à court, moyen et long terme pour mettre en place la transition écologique à   partir d’un jardin éducatif en motivant et fédérant le tissu local.

  •  L'intégration des personnes en situation de handicap dans des jardins thérapeutiques adaptés à vocation de production   pour  alimenter les projets d'insertion économique et d'économie circulaire.

Former, lancer des chantiers participatifs et viabiliser des projets sur le long terme..  

Objectifs sociaux et environnementaux :

Dynamiser un projet social et économique local via la réalisation d'un jardin éducatif selon les principes de la permaculture afin de recréer du lien social, une vie de quartier en y intégrant l’enjeu environnemental.

Le plan d’action pour répondre à ces objectifs fixés par le donneur d’ordre se déroule en cinq parties faisant l’objet de formations et de chantiers participatifs.

20200728_160306.jpg
20200728_160611.jpg

La gestion holistique des territoires,

un outil de pacification au service des hommes et de l’environnement

Apporter une réponse pertinente aux enjeux environnementaux et sociaux du 21ème siècle, mettre en place des outils de transition écologique, c’est tout d’abord recréer du lien social autour d’un projet commun. Ce projet commence par la création collective d’un jardin selon les principes de la permaculture …

La méthodologie de la feuille de route commence par un cycle de formation multi-niveau (du citoyen aux élus en passant par le personnel communal) suivi de chantiers participatifs citoyens intergénérationnels et interconfessionnels.

En amont de la réalisation, les acteurs qui participent au projet sont formés. Véritables relais citoyens, ils animent et déploient en

co-création les actions de gestion holistique des territoires. Ces actions couvrent de nombreux angles d’approche superposables dépendants ou indépendants les uns des autres :

  •  La formation et l’éducation à l’écologie, au développement durable, aux outils de transition écologique ainsi qu’à la  

        gestion des projets holistiques.

  •  Fédération et sensibilisation par la mise en place de chantiers participatifs citoyens.

  •  La sécurité alimentaire des territoires  par la création et la gestion d'un espace pilote de formation et l'accompagnement

        des personnes en conversion à implanter sur tous les territoires possibles.

  •  L'accompagnement des particuliers ayant un bout de jardin ou un balcon vers une autonomie alimentaire en fonction de leurs

        terrains et de leur emploi du temps.

  •  Contribution aux jardins citoyens (partagés, associatifs).

  •  La production alimentaire dans les écoles et la sensibilisation des jeunes publics pour la labellisation E3D des

        établissements scolaires – création d’un jardin permacole et éducatif.

  •  La mise en place d’une feuille de route à court, moyen et long terme pour répondre aux problèmes écologiques à partir 

        d’un jardin éducatif en motivant et fédérant le tissu local.

Lancer des initiatives citoyennes et les matérialiser sur le terrain en 7 jours!

Former, lancer des chantiers participatifs et viabiliser des projets sur le long terme..  

Objectifs sociaux et environnementaux : Dynamiser un projet social et économique local via la réalisation d'un jardin éducatif selon les principes de la permaculture afin de recréer du lien social, une vie de quartier en y intégrant l’enjeu environnemental.

Le plan d’action, pour répondre à ces objectifs fixés par le donneur d’ordre, se déroule en cinq parties faisant l’objet de formations et de chantiers participatifs.

Etape 1 – Formation : L’éducation 

Formation à la mise en place d’un programme EDD (Education au Développement Durable) pour l’obtention des labels « E3D » au sein des établissements scolaires.

Etude de cas au collège de Multifao (Corse) d’une intégration d’un projet d’écologie, de recyclage des déchets alimentaires et de production alimentaire au sein d’un établissement d’enseignement.

 

Les axes étudiés portent sur :

  •  La mise en place d’un collectif citoyen pour réfléchir aux problèmes écologiques avec l’élaboration de solutions à mettre en œuvre à l’échelle d’un collège et des foyers.

  •  La conception et la création d’un jardin pilote de production alimentaire au sein de l'établissement scolaire.

  •  La réalisation d’une unité de recyclage des biodéchets par le tri, le compostage et/ou le lombricompostage avec présence de "poules recycleuses".

  •  La mobilisation des "éco délégués" pour sensibiliser et guider la démarche de l’ensemble des élèves et des parties  prenantes de l'établissement scolaire.

  •  La prise en compte de la crise sanitaire en adaptant le programme en extérieur. 

 

Etape 2 – Formation : La production et la sécurité alimentaire des territoires par la permaculture

Étude de cas du "Centre pilote du Listin’Core" (Corse), lieu de formation et laboratoire pour l’autonomie alimentaire des territoires.

 

Les axes étudiés portent sur :

- La lecture du paysage d’un territoire.

- La mise en évidence de ses éléments structurels et présents.

- L’évaluation des ressources potentielles.

- La préparation collective ou concertée d’un plan d’action.

- La recherche des éléments de réponse, les rassembler par thématiques pour les prioriser par étapes.

- La mise en place d'un plan d’action global et modulable, voire évolutif par étapes.

Etape 3 – Formation : La production alimentaire dans les écoles

Étude de cas d’un projet pilote d’intégration, d’un programme d’éducation EDD à long terme (3 ans) ayant pour objectif la production alimentaire. Groupe scolaire "Jacques Majorelle" de la maternelle au collège avec la Mission Laïque Française. Les axes étudiés portent sur :

- La sensibilisation à  la réduction systématique des déchets alimentaires au sein de l’établissement.

- La mise en place du tri.

- L’éducation à la consommation et à l’appréciation d’aliments non transformés par la mise en culture, l’entretien et la récolte du        légume qui progressivement redevient ou devient un ami à la cantine et non plus un inconnu sans saveur particulière, car 

  la peur de ce que l’on ne connaît pas peut entraîné son rejet.

- La sensibilisation à la santé et agir sur la santé/nutrition en faisant découvrir les légumes aux enfants.

- Le développement de l’autonomie chez les jeunes dans leur processus d’apprentissage en leur donnant des outils nouveaux leur    permettant de porter par eux-mêmes les éléments de leur programme.

- Les moyens de communication avec les administrations, le rectorat, les proviseurs, les enseignants et les parents.

- La valorisation et la transversalité des travaux en correspondance avec les programmes scolaires entre enseignants et

  intervenants EDD. 

Etape 4 – Formation : Lancer un jardin en permaculture en fonction du terrain et du temps disponible, contribuer aux jardins citoyens (partagés, associatifs)

Les axes étudiés portent sur :

- L’état des lieux des éléments nécessaires au jardin : le sol, l’irrigation, le cycle du végétal, les semis, le planning en fonction des 

  saisons, les matériaux et le matériel.

- La conception et mise en place du jardin : maquette et début d'intégration.

- La gestion de la cohésion sociale par des  travaux pratiques au sein du jardin à portée éducative dans les divers quartiers 

  populaires mêlant les attentes de chacun : Depuis les personnes formées à la réalisation de leur jardin personnel, aux

  associations  de quartiers par le dynamisme du jardin pilote comme outil d’éveil qui constitue d'ailleurs une véritable 

  annexe éducative pour les établissements scolaires.

- La création d’un tissu local d'échanges de connaissances et de compétences dans la production alimentaire.

Etape 5 – Formation : Mise en place d’une feuille de route à court, moyen et long terme  à partir d’un jardin éducatif

Le jardin est destiné à encourager et favoriser la création d’emplois et d’activités au sein du quartier. Il constitue un outil de soutien aux élèves en décrochage scolaire et offre un lieu de formation pour les personnes en réinsertion. Il contribue à intégrer des leviers de développement pérennes du territoire. Il forme une base de modèles pour permettre à terme de multiplier d’autres jardins et des ilots éducatifs au sein des quartiers de la commune et des communautés de communes. C’est un outil de pacification, créateur de lien social.

Les axes étudiés sont :

- L’état des lieux et des éléments en présence, les forces et les faiblesses, avec mise en lumière des problématiques au sein du

  quartier.

- Le diagnostic des ressources internes : ressources humaines, budgets, effets attendus étape par étape.

- La planification et la réalisation d'un plan d’action évolutif sur le court, moyen et long terme.

- L’étude des outils de conduite du projet.

- La cartographie du positionnement des partenaires et des participants au projet.

Etape 6: chantier participatif

Etpae 7

essaimage des outils

20200729_162804.jpg